26 avril 2009

Comic-strip présentation, page & clément
Une deuxième planche de présentation des personnages (détail : les chaussettes blanches du personnage à lunettes ont gagné de la couleur dans une nouvelle version).
L’écriture épigrammatique (aphoristique et elliptique) convient parfaitement au strip (aux histoires, aux situations). J’aime beaucoup ça, cette efficacité, cette fulgurance. C’est une manière de rester fidèle à des influences, peu en bd pour l’instant (hum j’avoue que je connais encore très mal, mais Clément est un spécialiste et il me fait découvrir des choses -ainsi que Aude, Stéphane et mon frère), mais plutôt le haïku, et les moralistes, Chamfort, Wilde, un monde qu’il serait vain de détailler (mais que l’on peut voir dans les pages de ce blog). L’influence d’un écrivain c’est d’abord lui-même, sa drôle de petite vie chaotique et tranquille, ensuite il rencontre des oeuvres qui lui sont familières, et qui lui servent à avancer, à mieux exprimer ce qu’il a en lui. Ces artistes que nous admirons, qui nous influencent, c’est un peu un moyen de reconstruire une famille (c’est ce que me disait Jakuta, elle a écrit un très beau texte sur le sujet). J’aime ces idées de généalogie, d’héritage et de transmission. Il me serait difficile de dresser l’arbre généalogique de mes influences (ça serait un arbre étrange qui irait dans tous les sens). L’espace réduit du comic-strip permet des effets de condensation (au sens de la physique, et bien sûr de la psychanalyse) que je trouve passionnants. Le strip est un moyen pour faire passer des choses en contrebandes, des choses qui seraient trop dures, trop sèches, si elles étaient écrites. Le dessin apporte une humanité et une douceur nécessaires (mais en fait peut-être le dessin rend le cynisme et le désespoir plus terribles, justement en les incarnant, en leur donnant figure humaine ; ça se discute -rassurez-vous c’est censé être drôle aussi, enfin d’un genre d’humour qui ne fait pas rire, un humour poétique et dépressif, pas français -vous verrez).   Je suis sorti de chez moi un peu avant huit heures ce matin et c’était merveilleux. Calme, frais et clair. Paris dormait encore. 
Je viens d’acheter les Fragments autobiographiques de Frances Yates (ainsi qu’un petit livre avec quelques uns de ses articles). Cette fille est extra. 
A quelques années d’écart on m’a conseillé Les Envoûtés de Gombrowicz. Deux jeunes femmes, deux J. . La première (Justine), j’y repense à l’instant, m’avait aussi fait découvrir (en 2007) Disneyland mon vieux pays natal d’Arnaud des Paillières (un de mes films « documentaires » préférés). Dernièrement Justine a fait un film sur le bidonville de Lisbonne (elle vit là-bas depuis deux ans) et elle en prépare un autre sur le vaudou. Jusqu’à présent je n’étais pas fan de Gombrowicz. Enfin, disons que je n’avais pas aimé Ferdydurke, mais j’avais aimé son Journal (c’est toujours un peu facile d’aimer le journal d’un écrivain). J’ai commencé Les envoûtés et c’est super pour l’instant. On dirait un roman gothique à la Ann Radcliff ou à la Walpole et cie. Il était temps que je lise ce livre (et puis c’est drôle).
Jeudi, l’autre J. et moi sommes allés à l’exposition William Blake au Petit Palais. C’était super. J’avais découvert Blake à l’adolescence, dans ma lointaine banlieue. Ses poèmes n’étaient pas disponibles en français, alors je passais des heures à les traduire dans ma chambre (ainsi que Shelley, Byron, Emily Dickinson… je n’ai pas eu une adolescence très sociale). Je ne m’étais plus préoccupé de son oeuvre depuis une éternité. Il faut voir cette exposition. Voici quelques titres de ses dessins et gravures : Tête visionnaire, Divertissement matinal, Fantôme de puce ne pied, Par les songes tu me terrorises, Milton m’a aimé dans mon enfance et ma donné la main, L’homme qui a enseigné la peinture à Blake dans ses rêves. C’est chouette, hein ? Je retourne à mon roman. Je suis en train de le terminer et pleins de choses se passent.

  • 1. no me, no mine  |  26 avril 2009 à 11h10

    Oh, great!
    The boy with the glasses looks almost carefree…
    The girl with the soft mauve dress looks quite contemplative…
    And the guy on the right side looks cutely sly!
    Lovely figures!

    Have a good day!
    ~antidote~

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils rss