4 juillet 2009

Un américain bien tranquille, de Graham Greene, est un de mes livres préférés. Je le feuilletais ce matin, des phrases sont soulignées, des pages cornées, il y a des notes (sur la première page j’ai noté quelques événements de la journée où j’ai commencé à le lire la première fois, le lundi 4 octobre 2004). Les livres que l’on relit sont comme des chemins dans des bois familiers. On retrouve des traces anciennes, un arbre renversé, des racines, et on remarque de nouvelles choses à chaque fois. Quelques phrases soulignées :

« Il est impossible que vous existiez si vous n’avez pas le pouvoir de modifier l’avenir ».

« Tôt ou tard, dit Heng, et je me rappelai les paroles du capitaine Trouin, à la fumerie d’opium, tôt ou tard, il faut prendre parti. Si on veut demeurer humain ».

« La condition humaine étant ce qu’elle est, qu’ils se battent, qu’ils s’aiment, qu’ils s’assassinent, je ne veux pas m’en mêler. »

« Peut-être le civil est-il, aux yeux du soldat, l’homme qui l’emploie pour tuer, qui glisse le poids du meurtre dans l’enveloppe de sa solde, pour se débarrasser de toute responsabilité ? »

Et puis Greene est le roi de l’épigraphe. Au début du roman, il y a un passage d’un poème de Byron :

This is the patent age of new inventions
For killing bodies, and for saving souls,
All propagated with the best intentions.

(Cet âge est spécialisé dans les inventions nouvelles
Destinées à tuer les corps et à sauver les âmes,
Toutes propagées avec les meilleurs intentions -traduction Marcelle Sibon)

Graham Greene n’est plus beaucoup lu je crois. Dommage. Mais l’éclipse ne durera pas (comme celle de Gary est en train de s’estomper). C’est un romancier étrange, un des plus grands, ses livres sont fascinants.

  • 1. Baldassare Castiglione  |  6 juillet 2009 à 18h41

    J’ai acheté La Fin d’une Liaison et Le Rocher de Brighton (récente et jolie réédition de poche). Je vais m’y mettre, cet été je crois. Oui, la redécouverte de Gary (avec Chien Blanc, en ce qui me concerne, et sur tes conseils) fut une bonne chose.

  • 2. Coline  |  7 juillet 2009 à 21h27

    Oui, je me souviens avoir lu il y a quelques années sur tes conseils La fin d’une liason. Bizarrement je n’en ai presque aucun souvenir(à part qu’il y a une histoire d’amant, d’amour), hormis l’émotion.

    Mais j’ai retrouvé cette citation de Graham Greene notée dans un carnet et qui a illuminé une partie de mon adolescence : « Nous n’arrivons jamais à nous faire à l’idée que nous comptons moins pour les autres qu’ils ne comptent pour nous. »

  • 3. Martin  |  22 juillet 2009 à 16h19

    Super livre, La fin d’une liaison.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS