20 septembre 2009

Deux documentaristes allemands m’ont suivi pendant deux jours, ce fut une expérience bizarre. Ils m’ont accompagné à mes rendez-vous (éditrice, atelier de Marc, amis, librairie, cours de trompette), ils m’ont filmé en train de travailler (ça ne sera donc pas un film d’action), sortant et rentrant de chez moi. Cela m’a épuisé ; même si j’avais comme consigne de faire comme s’ils n’étaient pas là, comme s’il n’y avait aucune caméra pointée, j’étais en représentation de sept heures du matin à minuit. Je me demande ce que ça va donner une fois monté (ils vont me filmer en Allemagne aussi) : la vie soporifique et routinière d’un écrivain neurasthénique dont l’essentielle des aventures palpitantes se passent à l’intérieur de son crâne (pas facile à filmer sans neurochirurgie).

Émission étonnante sur France Culture ce matin. Une femme représentant une loge maçonnique féminine parlait de la burqa et donnait de grandes leçons humanistes. C’est drôle quand on sait que les loges maçonniques pratiquent la ségrégation sexuelle. Quel humour (la prochaine fois j’imagine qu’un curé nous parlera du sida et un socialiste de Jaurès). Je trouve cela très bien que l’on se découvre enfin féministe. Mais ne nous arrêtons pas au voile et à la burqa, attaquons l’église catholique (une de mes grand-tantes a passé plus de cinquante ans enfermée dans un couvent), la franc-maçonnerie (à ma connaissance il n’y a qu’une loge mixte, celle du Droit Humain, bravo il faudrait que ce soit la principale loge ; il y en a d’autres peut-être ?), attaquons nous à nous-mêmes aussi. Soyons féministes, enfin, il est temps, mais pas seulement quand ça arrange la politique du gouvernement. Les indignations circonscrites sont le signe d’une hypocrisie pleine d’arrière-pensées.

Vendredi, soirée à la librairie l’Imagigraphe. Les auteurs de Collection irraisonnée de préfaces à des livres fétiches étaient invités par l’association littéraire Les Filles du Loir. Nous étions quelques uns : Nathalie Kuperman, Valentine Goby, Laurence Tardieu, Carole Zalberg, Stéphanie Hochet, Patrick Goujon, Diane Meur, Nicolas Michel, Armand de Saint Sauveur (l’éditeur) Thomas Reverdy et moi. C’était génial de se retrouver et d’échanger avec le public des adhérents, et entre nous, soirée chaleureuse et émouvante.

Nouvelle série sur HBO, Bored to death, première ce soir : Jason Schartzman jouant un écrivain fauché qui devient détective privé la nuit. Je crois que ce personnage va être mon nouvel héros, mon mentor secret, mon modèle.

Hier l’un de nous a vu son couple finir. Tout le monde est maintenant célibataire dans la bande (excepté le couple Tox & Sad -des chercheurs américains vont venir les étudier je crois). Ajoutons à cela ceux qui n’ont plus d’appart, ceux qui n’ont plus de travail, oui nous ferions un beau film de Wes Anderson (avec une touche de Judd Apatow). Nous sommes une espèce de franc-maçonnerie des gens à côté de la plaque, ridicules, dépressifs, bizarres, mais joyeux, curieux et passionnés. Nous sommes définitivement uncool et il n’y a pas de meilleur gang sur terre.

  • 1. nathalie  |  21 septembre 2009 à 12h26

    faisons l’éloge de la fuite, comme disait H Laborit …. Il faut sortir des sentiers battus…… Soyons créatif, bordel, il faut inventer quoi ? Je sais pas mais c’est en cherchant qu’on trouve !!!!! et surtout faisons nous plaisir.

  • 2. L'Adcr  |  22 septembre 2009 à 00h12

    Uncool, franc maçonnerie de gens à côté de la plaque, yeah! j’aime bien. Pas avoir de boulot, de toit, c’est un brin fatiguant. Mais le moral est bon et puis on est bien entouré. Aujourd’hui d’anciens collegues m’ont téléphoner, des étudiants veulent se mobiliser pour que je puisse reprendre mon poste. En fait tout le monde sauf les syndicats…

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS