17 novembre 2009

Entretien avec Marcel Wehn, un documentariste allemand (assisté d’un caméraman, aidé par Liliana une fellow qui parle français et allemand). Questions très générales au départ avec lesquelles je me débats : « Pourquoi es-tu devenu écrivain? », « Où trouves-tu tes idées ? »… Questions impossibles. Un peu l’impression qu’on a posé une montagne devant moi. Mais c’est intéressant d’être déstabilisé, de ne pas savoir. Moment de silence, je suis confus et dubitatif. Puis comme un alpiniste face à cette montagne impossible, je plante mon piolet, je tente de former une réponse possible à une question qui demanderait toute une vie. C’est un peu désordonné, mais rapidement ça va, je trouve quelque chose à dire, des idées viennent. On parle des personnages aussi (« Où trouves-tu tes personnages »). Ce sont des questions impossibles et très classiques (des clichés), mais peu importe on peut en tirer des choses intéressantes. A chaque fois je pousse ma réflexion dans un angle différent. Une question c’est un prétexte. Nous sommes bien obéissants, d’anciens élèves, alors dès qu’on nous pose une question nous sommes tentés d’obéir à cette injonction, de suivre le chemin qui est déjà amorcé en elle. Ce n’est pas parce qu’on nous présente une montagne qu’on est obligé de s’y attaquer. Si nous le désirons une question est un prétexte. C’est une manière d’établir un dialogue, un échange entre l’écrivain et le journaliste/documentariste. Il ne faut pas les prendre aux sérieux, les questions. C’est une amorce. Et puis, c’est à l’écrivain de se sentir libre de ne pas répondre, de prendre un virage et de parler d’autre chose. Il reste que ce n’est jamais simple. Il faudrait passer une journée à parler. Il faudrait du temps. En tout cas, belle matinée de tournage, de questions, de réponses (trois langues se mélangeaient : questions en anglais, réponses en anglais, parfois en français, traduction de mes réponses en allemand). De temps en temps la pièce (cela se passait chez moi) était soudainement illuminée par le soleil ; de temps en temps on arrêtait le tournage à cause du bruit d’un véhicule souffleur de feuilles mortes.

J’ai vu le dernier Depardon. Je comprends ainsi beaucoup mieux le comportement (souvent surprenant) et les paroles d’une amie qui vient de cette région. C’est lumineux, tout s’explique. J’ai fait connaissance des tiens, Toxica, je peux dire que je te comprends mieux maintenant.

Après La Nuit Américaine, je projette Judex ce soir au Catacombs Cinema Club. Je viens de recevoir un Oriental Beauty (récolté le 19 juin de cette année à Hsin Chu, Taïwan), un Concubine Oolong (récolté le 6 mai 2009 à Feng Huang, Taïwan) et une assez petite théière en porcelaine de 15cl (très belle). Le Oriental Beauty est délicieux (je n’ai pas encore goûté l’autre).

  • 1. Laurence Serfaty  |  17 novembre 2009 à 18h52

    Martin, je suis heureuse de lire sous votre plume, enfin, votre clavier, « la question est un prétexte ». C’est exactement ce que je dis aux gens que j’interviewe dans mes documentaires, du moins à ceux avec lesquels je suis en empathie, ceux dont le travail/l’activité/l’action m’intéresse et que j’ai envie de transmettre à d’autres (sauf dans le cas du film d’investigation, mais c’est autre chose). Go-between, passeur, c’est ça notre métier. Quant aux questions très larges sur le mode « pourquoi faites-vous ce que vous faites ? », là encore, c’est évident que l’interviewer n’attend pas une psychanalyse expresse en trois minutes. La question très large n’est souvent que le début d’une conversation qui, au rythme du tournage, se poursuit sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines. A qui ce film est-il destiné ? Une chaîne de télé (Arte ?) ? Une sortie en salle (on peut rêver !) ?

  • 2. toxic  |  18 novembre 2009 à 19h12

    Cool! tu comprends enfin pourquoi je me contente d’une botte de foin dans un coin de la chambre…
    Sinon, ca va être rigolo ce documentaire. Un peu de fantaisie chez les allemands.

  • 3. Martin  |  18 novembre 2009 à 21h22

    @ toxic : :-) ; j’espère que vous prenez soin de Paris les amis
    @ laurence serfaty : pour une (ou deux je crois) chaînes de télé allemandes

  • 4. N.  |  20 novembre 2009 à 12h14

    Bonjour,
    J’ai découvert votre blog il y a quelques semaines, et je le lis maintenant régulièrement. Je trouve qu’il a quelque chose de réconfortant.
    Je voulais vous demander si vous pourriez nous tenir au courant quand vous en saurez plus sur la diffusion du documentaire (j’habite à Berlin).

  • 5. Martin  |  22 novembre 2009 à 09h26

    Bien sûr !

  • 6. allende  |  24 novembre 2009 à 20h29

    Je n’ai pas vu le dernier Depardon pour cause de vacances en thailande, mais je regrette bien. Surtout si ça aide à comprendre Toxica !!
    Sinon j’ai été dans les catacombes mais je n’ai pas trouvé ton cinéclub !!
    Moi aussi je veux savoir quand passe ton interview/documentaire, j’ai un ami à Berlin qui pourra me l’enregistrer !!
    bises à toi

    ps : garde les 10 euros.

  • 7. Martin  |  25 novembre 2009 à 19h00

    @N. : merci pour votre mot

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS