2 décembre 2009

Comme à chacun de mes sauts à Paris je suis passé à la Maison des Trois Thés. Je n’ai pas sous les yeux le nom des oolongs goûtés (rochers et dan congs ; ah j’ai retrouvé la note de ma deuxième visite : un rocher, Jin Suo Chi, et un oolong de Taïwan, Tie Guan Yin 9). J’ai acheté le Shui Xian de Taïwan et un dan cong délicieux, Yu lan Xiang. En revenant à Solitude je me suis occupé du petit cube Fu Zi Zhuan de 1987 (pu er compressé, très bonne description ici). Je n’avais pas bu de pu er depuis des mois et c’est un plaisir de les retrouver. C’est le thé qui va bien avec l’automne et l’hiver. J’ai également goûté un morceau de la brique de pu er cuit Zhen Yuan Factory (début des années 90 -échantillon cadeau de Teamasters). Le pu er a sa théière dédiée, la terre de base de la Maison des Trois Thés, mais j’aimerais une théière un peu plus petite (9-10cl). On verra. Pour l’instant (je m’intéresse au thé seulement depuis un peu plus d’un an -date de ma découverte de la Maison des Trois Thés et un peu plus tard de Thés de Chine, puis Teamasters), les rochers sont mes oolongs préférés, ainsi que les dan congs, et les oolongs mielés de Taïwan (Beauté académique 1 et 2, Wu Yi)… d’accord ça fait du monde. Et bien sûr les pu er (mais rarement finalement). Le thé a cet avantage sur l’alcool qu’on peut boire une boisson complexe et délicieuse toute la journée (bon ok on peut aussi boire de l’alcool toute la journée, mais pfff c’est un peu fatigant). Je ne bois plus ni alcool, ni vin depuis trois ans et demi, et je pense que lorsque je boirai du vin à nouveau (un jour ou l’autre, dans deux ou cinquante ans, je ne suis pas pressé), ma manière de boire sera (heureusement) influencée par l’éducation que je me suis donné en découvrant le thé.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS