29 janvier 2010

Sur le blog de Didier Jacob (Rebuts de presse), Javier Marias (écrivain que je n’ai pas encore lu) dit : « Il y a beaucoup d’écrivains qui écrivent avec une carte, et savent à l’avance ce qui va se passer. Ils connaissent le territoire qu’ils vont devoir traverser. D’autres, comme moi, préfèrent travailler avec une boussole, c’est-à-dire qu’ils ont une certaine idée de la direction – le nord – mais ils ne connaissent pas le trajet. Inventer vient du latin invenire, qui signifie découvrir. »

Mort d’Howard Zinn et de JD Salinger.

Je prends le train pour Paris ; faire sa valise c’est autant décider ce qu’on prendra que ce qu’on laissera. J’y passe du temps.

  • 1. catherine grive  |  29 janvier 2010 à 18h14

    Demain dans la bataille, pense à moi, voici si je peux me permettre par lequel tu dois commencer si tu as cette chance de ne pas encore connaître Javier Marias. Titre sublime, pour un texte qui ne l’est pas moins…

  • 2. Martin  |  30 janvier 2010 à 13h28

    Merci pour ce conseil.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS