2 mai 2010

Retour. J’ai lu Coney Island Baby de Nine Antico et je commence le dernier roman de Delphine de Vigan, Les heures souterraines (et ça commence très bien). Je lis aussi le roman le plus poignant jamais écrit : Des fleurs pour Algernon (Flowers for Algernon) de Daniel Keyes.

Mercredi j’ai enregistré une émission sur TSF, Jazz Fan, animée par Laure Albernhe. On a passé quelques morceaux que j’aime beaucoup, j’en ai parlé, je pense que c’est un peu confus (la confusion maximale étant atteinte quand j’ai essayé de résumer le roman de Gil Scott-Heron, ça donne quelque chose comme « C’est un livre sur un homme, du ghetto et… euh » – puis je m’en prends à Johnny Cash, et là je dis n’importe quoi, vraiment n’importe quoi, alors je présente mes excuses au fantôme de Johnny Cash). Sinon à part mon moment de folie (dire des bêtises pour appuyer mon point de vue, pfff, bravo ce n’est pas très fin, je ne suis pas fier de moi) c’était une chouette émission.

Cette semaine à Paris n’a été qu’une constante danse des rendez-vous. La plupart heureux (Jakuta A., Nathalie Kuperman, Rodrigo Bernardo, Marc Molk, les garçons… et puis j’ai passé une nuit entière à discuter avec une amie et une voisine, une quasi nuit blanche ce qui ne m’était pas arrivé depuis dix ans).

J’ai un nouveau projet, un roman graphique avec Marc Molk. Cela devrait donner quelque chose d’intéressant. Je dois me mettre au travail. Mais d’abord terminer deux trois choses cette semaine.

Je commence bientôt le livre sur ce qui est arrivé à mon père. Mon frère m’a envoyé cette petite video réalisée par Emmanuel Bellegarde. Cela s’appelle Une vie et ce n’est pas sans lien avec l’histoire de mon père. Je vous la conseille, vraiment, vraiment.

  • 1. Laurence  |  3 mai 2010 à 11h25

    Cette vidéo est une petite merveille de sensibilité et de sobritété. Elle est parfaite, vraiment, même s’il paraît que la perfection n’est pas de ce monde. Je note le nom de son réalisateur, il m’arrive d’avoir recours à l’animation dans mes films.
    Quant à Algernon (belle réflexion sur l’intelligence) et les Heures souterraines, ce sont deux beaux romans sur le décalage et l’inadaptation… autrement dit, la marge. Du plaisir en perspective !

  • 2. constance  |  3 mai 2010 à 19h43

    la vidéo est vraiment bien. j’ai beaucoup aimé le contraste entre le ton employé et la réelle dureté des mots…

    quant aux Heures Souterraines, j’ai trouvé ce livre plutôt sympa mais je n’ai pas réussi à crocher au final même si le début était prometteur :s je ne l’explique pas, je ne sais pas trop moi même. cela vient peut-être du fait que les coups de coeur se sont enchaînés juste avant et ont eu tendance à effacer les autres livres, empêcher de voir leurs qualités tellement j’étais aveuglé par les livres exceptionnels (pour ne pas les citer : Le club des incorrigibles optimistes de J-M Guenassia et Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé (et, oui, encore des longs titres :P )).
    c’est comme ça. j’espère que vous, vous l’apprécierez à sa juste valeur :)
    à bientôt

  • 3. m*m  |  12 mai 2010 à 02h21

    Il est vraiment fantastique ce Marc Molk dont vous parlez !

  • 4. thoams  |  18 mai 2010 à 10h24

    sublime retour du vieux Scott Heron sur la platine !!!

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS