8 juin 2010

Il faut trois heures quarante pour atteindre Stuttgart (puis une demi-heure de bus pour arriver à Solitude). J’ai passé ce voyage en compagnie de Mon traître de Sorj Chalandon, de Le passé devant soi de Gilbert Gattore et de l’autobiographie d’Isaac Asimov. Ici les oiseaux chantent, calme, tendresse. Bonheur d’être dans la nature sans y être (protégé par murs et fenêtres).

  • 1. constance  |  8 juin 2010 à 22h49

    Mon Traître de Sorj Chalandon : je crois n’avoir jamais autant avoir pleuré qu’avec ce livre. il faut dire que j’avais entendu cet auteur parler du contexte d’écriture et de tout le rapport autobiographique et que déjà, il m’avait beaucoup ému et, mine de, préparer à une lecture infiniment triste. alors, quand je l’ai lu, moi aussi en voyage (scolaire), mes camarades autour de moi n’ont pas compris que je puisse pleurer sur des mots et des lignes. je n’ai pas cherché à leur expliquer.

  • 2. gilda qui lit en retropédalage  |  18 juin 2010 à 10h31

    Amusant, moi qui bouge assez peu (longtemps trop de travail et trop pas d’argent), je connais ce lieu : http://www.fotolog.com/gilda_f/20430629

  • 3. Martin  |  18 juin 2010 à 10h43

    Salut Constance,
    J’ai beaucoup aimé, je vais lire d’autres livres de cet auteur. Et puis c’est un livre qu’on lit en deux soirées, on le dévore.

  • 4. Martin  |  18 juin 2010 à 10h43

    Merci Gilda pour cette photo

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS