17 juin 2010

Aujourd’hui, vacances, dimanche expatrié dans mon jeudi. J’ai lu, regardé des séries, ouvert ma fenêtre. Quand même j’ai travaillé sur deux textes. Quentin (Faucompré) m’a envoyé un nouveau dessin pour notre livre (et il est à la fois superbe et effrayant). J’ai reçu le nouveau livre de Nathalie Kuperman, Nous étions des êtres vivants (sortie début septembre). J’ai hâte de retrouver mon lit pour commencer.

Temps gris et lourd ici. Demain une amie vient me rendre visite à la résidence, au Schloss. L’occasion de la revoir, l’occasion aussi pour moi de reprendre une vie sociale. C’est toujours un exercice qui me fait peur, mais en général ça se passe bien. J’ai trente cinq ans et j’en suis encore à apprendre à vivre, je me sens toujours si débutant -mais j’avance (doucement, en me tenant au mur : il fait toujours nuit noire pour ceux qui sont affublés de cette gênante mais fertile lucidité qui déchire le voile d’un rapport naturel au monde).

The wonder of you, Elvis Presley (une de mes chansons préférées avec la reine : Suspicious Minds).

  • 1. constance93  |  17 juin 2010 à 20h18

    j’adore ce genre de journée. c’est comme un rayon se soleil au milieu d’une journée grise (ce qui arrive plus souvent qu’un dimanche expatrié).

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS