23 juin 2010

Je suis curieux de voir comment les choses vont évoluer sur internet, pour les artistes et les journalistes particulièrement. Il y a déjà de belles expériences de crowfunding, comme spot.us, d’autres choses se mettent en place. C’est une période excitante. Internet c’est aussi un outil pour résister (on peut se servir de facebook etc pour autre chose que des débilités du genre « je suis à la plage » ou la promo -impression que les gens retrouvent une cour de récréation). Internet est un outil, une autre version du silex. L’oublier c’est l’abandonner à d’autres et se priver d’un moyen d’action.

Quelques parlementaires viennent de lancer un appel à la création d’un « greenpeace » de la finance. J’espère que cela va devenir une véritable association. On verra.

Deux humoristes virés de France Inter, Porte et Guillon. Je ne découvre leurs chroniques que récemment, via youtube et dailymotion. Plus que des humoristes, c’était les deux personnes les plus critiques à la radio. Peut-être qu’un jour il y aura suffisamment de personnes talentueuses virées et sans travail pour qu’il soit envisageable de créer un Democracy Now! (radio et télé indépendante) ou un Alternet.

Lassitude vis-à-vis des séries. Rien de passionnant depuis la dernière saison de In treatment (à part Mad Men et Breaking Bad).

Heureusement il y a des merveilles comme Cartola et son Preciso me encontrar (le clip est extra) :

  • 1. thoams  |  24 juin 2010 à 08h54

    pas de faute de goût dans le coin. Je découvre cartola…ça commence bien.

  • 2. Martin  |  24 juin 2010 à 20h44

    hello,
    un de mes chanteurs préférés
    il a commencé à enregistrer à 60 ans passés je crois

  • 3. Céline  |  25 juin 2010 à 11h17

    Bonjour,

    J’ai peut-être un problème d’oreilles mais, vous entendez un chanteur dans cette video ? Si oui, j’ai des soucis à me faire.

    En parlant de Silex, je ne sais pas si vous connaissez ce blog : S.I.Lex, c’est orienté info-doc et monde des bibliothèques, mais c’est une petit mine d’informations :
    http://scinfolex.wordpress.com/

    Au passage et pour le plaisir
    Jean-Luc Godard : « le droit d’auteur, à fusiller tout de suite »
    http://www.numerama.com/magazine/16048-jean-luc-godard-le-droit-d-auteur-a-fusiller-tout-de-suite.html

    Bye

    Céline

  • 4. toxicavengeresse  |  25 juin 2010 à 14h30

    Faux! Saison 5 de Lost, après beaucoup de découragement, 4 épisodes formidables. Cette série est une drogue.

  • 5. Martin  |  25 juin 2010 à 15h57

    @ Céline : Si on est contre le droit d’auteur, il faut réfléchir à des moyens pour que les artistes puissent éventuellement manger de temps en temps. Pourquoi pas, mais ça demande un changement de société (je suis pour). Réfléchissons à ça. Il reste que si Godard a pu vivre et créer c’est parce qu’il a touché des droits, parce qu’il y a eu des contrats et ce genre de choses.
    Mais Godard n’est pas contre le droit d’auteur, il est contre ses abus (abus qui ne profitent pas à l’auteur d’ailleurs mais aux entreprises et aux ayants-droits)
    http://www.numerama.com/magazine/15749-jean-luc-godard-je-suis-contre-hadopi-il-n-y-a-pas-de-propriete-intellectuelle.html
    Il est aussi contre l’héritage. Et contre les rentiers. N’est ce pas plutôt le capitalisme que critique Godard ? La place de l’argent dans notre société ? C’est ça qui intéressant. Changeons des choses. Et pas simplement pour les artistes.
    Super lien merci je ne connaissais pas Scinfolex !
    Hm tu sous-entends que Cartola n’a pas de voix ? Je m’insurge. Il est génial !

    @ toxica : j’ai laissé tomber Lost quand j’ai compris que ce n’était pas les personnages qui étaient perdus mais les scénaristes. Alors oui c’est addictif, mais le mélange crack/vodka aussi et ça fait des trous dans la tête. C’est comme 24h, une série drogue mais creuse. Il y a tellement de bonnes séries (celles citées et aussi arrested development par exemple, ou profit ou…), et même de bonnes séries fun (comme Supernatural, the office us…).

  • 6. Coline  |  26 juin 2010 à 14h16

    Ce qu’il dit sur le droit de citation en cinéma est aussi très intéressant :
    http://blogs.lesinrocks.com/cannes2010/index.php/rencontres/le-droit-dauteur-un-auteur-na-que-des-devoirs-jean-luc-godard-00551

  • 7. Céline  |  27 juin 2010 à 18h59

    Martin,

    Tout d’abord, vous pouvez vous insurger. C’est un peu bête : j’ai écouté ce morceau au boulot et mon casque doit avoir un défaut, puisque je n’ai sincèrement pas entendu de chanteur. Je ne me serais pas permise de vous taquiner comme ça ! Du moins pas encore. En l’écoutant de nouveau chez moi, j’ai effectivement pu constater qu’il chantait. Bon, c’est pas mon truc, il doit me manquer un bout de décor pour rentrer dans la chanson.

    Du coq à l’âne ou de l’âne au coq ?! :
    Je pense que personne n’est en mesure de contester les fondamentaux du droit d’auteur : droit patrimonial et respect du droit moral. Seulement aujourd’hui, les intérêts et l’argent ont pris le dessus. Il est clair que Godard critique la société avec pour point d’entrée ce droit d’auteur.
    Il me semble qu’un nouveau modèle économique pour la rémunération des artistes émerge, notamment avec internet. C’est le bon moment pour réfléchir à de nouveaux systèmes. Avec l’avènement de la crise et les nouvelles technologies, il y a déjà de belles tentatives plus ou moins en marge du système. D’ailleurs les sociétés de gestion de droit et les grands groupes s’inquiètent de la fin de leur monopole et tentent de préserver leurs acquis à coup de lois (toujours la même histoire).

    Le problème est qu’avec le web, les gens pensent avoir accès à tout (c’est là un autre sujet) et surtout gratuitement. C’est sur la toile donc libre de droit. Là, il y aurait quelque chose à faire, car finalement nous avons aussi des devoirs vis-à-vis de nos artistes !

    Bref, sujet super intéressant, n’hésitez pas à m’arrêter si je m’emballe !

    Bonne soirée

    Céline

  • 8. Martin  |  28 juin 2010 à 20h19

    Bonjour Céline,
    Hé ! ce n’est pas une question de décor pour Cartola. Enfin pas pour moi. Essayez peut être Vinicius de Moraes (Lamento no Morro par exemple) pour rester au Brésil. :-)

    Oui ce sont surtout les grands groupes qui s’inquiètent et qui sont en train de pousser le politique pour régenter le web
    (texte sur le sujet :
    http://padawan.info/fr/2010/06/comment-acceder-a-internet-un-guide-de-2025.html )
    Les artistes ont tout intérêt à s’intéresser à ça.
    Tiens à propos c’était drôle l’affaire de la Sacem et des notes de frais. Belle image d’un système qui dans le même temps attaque (et fait la leçon) les particuliers téléchargeurs.

    En effet il faudrait réfléchir, inventer de nouveaux moyens de payer les artistes. Il reste que voler n’est pas une solution, certes si les maisons de disque n’avaient pas mis une éternité à proposer une offre légale… et attractive. (et puis voler c’est un droit pour ceux qui n’ont pas les moyens d’accéder à la culture, comme à la nourriture).

    Tout ça est passionnant, en tout cas !
    bonne soirée à vous
    Martin

  • 9. Laurence  |  29 juin 2010 à 11h26

    Ah Vinicius de Moraes et la BO du film Orfeu Negro de Marcel Camus ! Tiens, voilà une idée pour votre ciné-club.

  • 10. gilda qui lit encore dans le désordre  |  1 juillet 2010 à 09h14

    Ah tiens, Profit, j’avais presque oublié. Pourtant cette série, trop vite interrompue m’avait fascinée. Et puis elle m’a aidée le jour où j’ai croisé dans la vie quelqu’un qui fonctionnait pour partie comme ça ; du moins après coup pour tenter de comprendre.
    (quel acteur aussi dans le rôle principal !).

    Ça fait 5 ans à présent que je ne suis plus capable de suivre vraiment une série – je ne sais plus rester attentive devant la télé même pour quelque chose de qualité -. Reste une vague nostalgie (ah 6FU, NYPD Blues …)

    Sinon il m’avait effectivement semblé que Godard dénonçait plutôt les abus du système de droits d’auteurs et ceux de certains ayant-droits qui se comportent comme si ça signifiait « Ayant tous les droits ».
    Je suis toujours très reconnaissante à ceux qui héritant ainsi d’une œuvre non seulement ne la polluent pas mais lui offrent une seconde jeunesse (les films de Jacques Tati, par exemple sont en de bonnes mains).

  • 11. ADCR  |  2 août 2010 à 20h44

    En Angleterre, il est courant que les artistes travaillent pour vivre. (j’entends travail, dans le sens premier du terme, c’est à dire passer plus de temps a souffrir pour pouvoir se nourrir et se loger que de faire ce que l’on a envie de faire). En France on y vient de plus en plus. La musique que l’on trouve le plus sur internet se sont avant tout les numéros 1 des charts. Se sont des millionnaires. Ils sont tres souvent téléchargé par des gens qui sont loin de l’être également. Et oui, un peu comme avec la nourriture, il y a des moments ou cela devrait être un droit. Je suis particulierement d’accord avec Jean-Luc Godard. Et les gouvernements qui criminalisent les pauvres et chomeurs qui téléchargent illégalement s’entendent pour créer les conditions d’un marché illégal structuré par les grandes familles criminelles italiennes, russes ou chinoises. Hadopi c’est un outil pour faire peur aux pauvres, chasser les pauvres dans la rue, dans les administrations et jusqu’a chez eux via internet. Voila le role d’un gouvernement aujourd’hui. Le piratage nuit aux artistes, certes, mais les artistes devraient plutot se révolter contre leurs éditeurs, leurs producteurs et contre leur gouvernements. Ils ne le font pas.

  • 12. Martin  |  8 août 2010 à 20h35

    @ adcr : en france aussi les artistes travaillent pour vivre. Beaucoup d’artistes ont plusieurs boulots.
    Il reste que vivre de son art est une belle ambition, et c’est à mon avis préférable à l’empilement avec un autre job.
    L’art demande du temps, ce n’est pas une activité récréative.
    Ensuite la distinction à faire serait plus entre les métiers/activités qui sont des passions et qui permettent une réalisation personnelle (et donc cela ne concerne pas seulement les artistes, mais beaucoup de professions ; cela reste une minorité bien sûr) et les métiers qui n’ont pas été choisi et qui sont source de douleur. Ce n’est pas une question d’art ou pas.
    L’idéal serait que tous les métiers deviennent des arts, et soient considérés comme tels, mais je rêve un peu je crois.

  • 13. Céline  |  11 août 2010 à 20h38

    Il me semble que le danger des artistes qui ont un boulot alimentaire c’est qu’ils se résignent. Il y a une limite à ne pas franchir, un équilibre à trouver parce qu’il faut manger et en même temps continuer à faire marcher ses méninges. Maintenant ça ne me choque pas que des artistes ne vivent pas de leur art, et ça me rassure même de voir des gens réellement en marge de la société.

    Bonne soirée

    Céline

  • 14. Martin  |  12 août 2010 à 10h45

    @Céline : je suis d’accord avec toi

  • 15. Céline  |  13 septembre 2010 à 17h22

    Je viens de finir un bouquin, Bruits : Essai sur l’économie politique de la musique/Jacques Attali, qui m’a fait repenser à cette petite discussion vieille d’un mois. Notamment au commentaire d’ADCR sur le rapport entre les éditeurs et les artistes, le politique et la musique. Il revient notamment sur les débuts du droit d’auteur et c’est plutôt intéressant. Si vous êtes toujours dans le sujet je vous le conseille.

    http://www.livredepoche.com/livre-de-poche-4240404-jacques-attali-bruits.html

  • 16. Martin  |  14 septembre 2010 à 19h22

    Merci pour le conseil. Bon Attali, c’est ce garçon qui était pour plus de déréglementation financière non ? (avant la crise bien sûr) :-)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2008/11/LORDON/16500
    Il y a pas mal d’articles sur Owni aussi sur le sujet :
    http://owni.fr/2010/08/25/itw-industrie-musicale-un-gout-pour-lauto-destruction/

  • 17. Céline  |  16 septembre 2010 à 12h10

    ah oui il a eu le nez fin :) ! Merci pour le lien sur Owni, très intéressant.
    Sinon pour Attali, je t’avoue ne pas avoir beaucoup d’estime pour le milieu politique en général… Mais ce qui m’énerve c’est qu’Attali s’est essayé à la direction d’orchestre ! C’est sans commentaire, en fait si, ça me rend juste triste.

  • 18. Martin  |  16 septembre 2010 à 21h23

    Je ne sais pas vraiment où se situe Attali, en fait, politiquement. Mais le sait-il lui même. Si le livre est à toi, je veux bien que tu me le prêtes.

  • 19. preereRal  |  18 juillet 2012 à 16h09

    play casino onlinecasino online , http://casinohereonline.com/#24644 casino online

  • 20. GoaniaBix  |  18 octobre 2012 à 04h55

    cheap propeciaorder propecia , http://purchasepropecianow.com/#grvqz buy propecia

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS