30 juin 2010

Sur Vents Contraires, le site du théâtre du Rond-Point, naissance d’une chronique collective, je cite « Parce que la langue est le lieu d’un champ de bataille idéologique, pour résister au pouvoir, à tous les pouvoirs, il faut d’abord s’occuper des mots dénaturés ou vidés de leur sens par les politiques et les médias. »

Tout ça est chapeauté par un personnage nommé Klemperer Junior, en référence, en hommage à Victor Klemperer, linguiste juif allemand, auteur de LTI (Linguia Tertii Imperii) sur l’évolution de la langue sous le Troisième Reich. La référence aurait pu être Karl Kraus ou Orwell. La première chronique est signée Nathalie Kuperman, d’autres auteurs ont été contacté. Mais c’est une tribune ouverte à tout le monde, il suffit de proposer sa contribution au comité éditorial (un lien est inséré dans la page). Il n’y a pas de ligne stylistique autre que la lutte contre la novlangue. Les textes déjà écrits sont différents les uns des autres, certains très personnels, d’autres plus analytiques, tout est possible du moment que l’on défend un mot.

Premier texte ici.

Cette vigilance à l’égard de la langue semble, c’est heureux, mobiliser de plus en plus de gens. Je pense au LQR (Lingua Quintae  Respublicae) de Eric Hazan, aux sketchs de Franck Lepage (on peut aussi écouter l’émission de Là-bas s’y suis à laquelle il était invité), aux chroniques de Anne-Sophie Jacques sur le site de Arrêts sur Images.

Klemperer junior est aussi un clin d’oeil au Démocrite junior de L’Anatomie de la  Mélancolie (et peut être un peu à Frankenstein junior !), de Burton.

  • 1. sadoldpunk  |  30 juin 2010 à 17h44

    Il exixte un formidable documentaire sur les journaux de Klemperer: « La Langue ne ment pas », de Stan Neumann (2004, Arte). A voir en plus de le lire.

  • 2. Martin  |  30 juin 2010 à 19h40

    Oui et on peut le voir sur Dailymotion.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS