8 octobre 2010

Je suis de retour à Paris depuis une semaine. Solitude me manque, un peu, Silke, l’équipe, les fellows, mais beaucoup étaient déjà partis. Paris, donc. Qui a tendance à prendre de la place. C’est un dragon, Paris. Je n’ai pas un instant à moi. Mais ça se calme, ça se dompte, et j’ai retrouvé les inadaptés magnifiques, et Sandrine B. m’a montré La bataille contre mon lit terminé, et cinéma, théâtre, Métropolis, réunion de travail avec Clément pour le livre de comic-strips. Ciné ce soir avec ma cousine (qui lit en ce moment La ballade du café triste, de Carson Mccullers, elle a bon goût !), nous avons ensuite passé un certain temps à nous perdre aux Halles, à ne pas choisir un café, une terrasse, à hésiter, à discuter. Ce vendredi, je retrouve mon frère, quelques amis, autour d’un plat, des gâteaux. Cela va être chouette et doux. Il est tard, j’ai dépassé ma date de péremption journalière, demain je dois me lever tôt, pour reprendre un texte qui m’a été refusé. Cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé, que l’on me refuse un texte. Je comprends les raisons : c’est un livre collectif pour les enfants, et mon texte est dur et autobiographique. Il me semblait que la fin était ouverte et donnait des armes. Mais sans doute pour les enfants, c’est un peu dur. Enfin, voilà, ça arrive. Et je repars sur un autre texte, de fiction. Le refusé sera publié sur ce blog, je crois, mais j’ai peur que ce soit trop personnel. Je ne sais pas bien, il y a des heures où on ne sait plus. On verra. Cartola, O Sol Nascera :

  • 1. Ardalia  |  8 octobre 2010 à 15h02

    Argh ! Fin de vidéo brutale pour qui tanguait sur la musique…snif.
    Paris happe, c’est fort, mais on aime cela.
    Bon retour au… calme, aussi.

  • 2. Eric Dubois  |  8 octobre 2010 à 20h59

    Il m’arrive souvent de marcher sans but précis autre que me dégourdir un peu les jambes après quelques heures d’affilée face à un ordinateur tout puissant. J’aime ces moments où l’on pense à rien ou à si peu. On rêvasse, d’une terrasse de café , on jette des coups d’oeil tout azimut. On explore la réalité dans une sorte d’apathie contrôlée. On n’attend personne. On n’attend que soi.

    ERIC DUBOIS

  • 3. Martin  |  9 octobre 2010 à 17h24

    @ Ardalia : désolé ! il n’y a pas énormément de videos de Cartola… et j’aime tellement cette chanson. C’est une fin un tout petit brusque c’est vrai.

    @Eric Dubois : jolie concept, « apathie contrôlée » !

  • 4. ema  |  11 octobre 2010 à 11h08

    C’était vraiment plus dur que Bambi ? SI votre mère ne meurt pas au début, je ne vois pas le problème.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS