26 septembre 2011

j'aime j'aime pas

Je viens de recevoir un email. Quelqu’un me propose un échange de liens : il mettrait un lien vers mon site sur le sien, et en échange je mettrais un lien vers son site sur le mien. Je lui ai expliqué que les seuls liens sur ce blog, sur mon site aussi, venaient de rencontres, d’amitiés. Pas de tractation. Ce garçon ne pensait sans doute pas à mal, mais je ne suis éberlué par cette manière de faire.

Une critique m’envoie un message sur facebook il y a quelques jours. Elle m’informe qu’elle a écrit un article sur De la pluie. Elle me précise qu’elle l’a trouvé « assez faible ». Je lui réponds qu’elle est libre d’écrire ce qu’elle veut, mais que me faire parvenir un message personnel pour m’informer de ses sentiments à l’égard d’un de mes livres, ce n’est pas nécessaire. J’essaye de me tenir à l’écart de la critique, négative comme positive, alors qu’on ne me les expédie pas. La critique répond à ma réponse : elle ne m’a écrit que par pure politesse (je cite « Merci de ce message, le mien n’était que pas pure politesse », au passage c’est un joli lapsus). Je lui réponds que je suis étonné que la pure politesse consiste à informer un auteur qu’on trouve un de ses livres « faible » (bon, et le vocabulaire de la force et de la faiblesse…). Que la critique vive sa vie, je n’ai rien à en dire, mais que l’on me laisse vivre la mienne sans lien avec celle-ci, et si on ne comprend pas mon choix, qu’on le respecte. J’ai enlevé cette femme de mes « amis » facebook. Je ne sais pas si j’ai bien fait. Cela a été un réflexe de protection. Les amis facebook ne sont certes pas de vrais amis, mais au moins que les rapports restent corrects. Je ne connais pas cette dame. J’imagine qu’il y a une part de malentendu dans cette histoire, nos messages ont été très cordiaux, elle est sans doute gentille, ça doit être de la maladresse. Mais depuis des années, je travaille à me construire une vie tranquille. Il y a trop de tremblements de terre en moi, j’essaye de les éviter à l’extérieur. Il faut se protéger.

C’est peu dire que je me sens dépassé et en inadéquation avec beaucoup des rapports humains, le jeu social. Il faut travailler à s’entourer de gens doux et justes (et cela n’empêche pas la critique), bienveillants. Je me souviens d’une interview il y a deux trois ans avec une journaliste. Elle m’avait posé les classiques questions de Proust : qu’elle est votre qualité préférée chez un homme ? chez une femme ? J’avais répondu la gentillesse. Elle avait éclaté de rire et s’était moqué de moi. Symptôme de cette époque ou de toutes, je ne sais pas. Tant pis pour elle. Mon départ de Paris n’est pas sans lien avec la dureté des rapports humains dans cette ville. Le cynisme, le sarcasme généralisé, les rapports de force, se vendre, conquérir, plaire, gagner, l’arrivisme, les amitiés utilisées, les réseaux. On s’en fout de tout ça. Alors partir, et s’inventer une vie ailleurs, plus civilisée. Je pense depuis un moment quitter la France. Pour je ne sais pas où. Le Canada peut être. Pour un pays sans doute pas moins violent socialement, mais où les rapports entre les gens sont empreints de politesse, de bonnes manières, de civilité, de candeur, d’élégance relationnelle. Nantes, c’est déjà un peu ça. On verra. Je crois qu’il faut que je m’invente ma vie à la campagne, même en pleine ville.

  • 1. renaud  |  26 septembre 2011 à 12h37

    Pas mieux. J’ai souvent du mal à expliquer pourquoi j’aime Brest. L’architecture et le climat ne m’aide pas, mais il y a une forme de détachement ici, à l’égard de la fureur et du bruit, qui me plaît.

    A ce sujet le thème de ce film http://www.somewheretodisappearthefilm.com/
    me fascine, mais malheureusement pour l’instant, je n’ai toujours pas réussi à le voir.

  • 2. seb  |  26 septembre 2011 à 20h38

    J’ai adouci mes relations en prenant le temps de regarder les nuages passer. Ils confèrent aux hommes une douce petitesse.
    c’est vrai qu’à Paris on ne les voit pas, et à Nantes ?

  • 3. Martin  |  27 septembre 2011 à 15h36

    @ Renaud : je garde un très bon souvenir de Brest. Ce film a l’air génial, je vais me le procurer. Merci :-)
    @ seb : ;-)
    A Nantes le temps change tout le temps, il y a des nuages, plus du soleil, enfin de la grêle, de la neige, puis du soleil.

  • 4. saga  |  29 septembre 2011 à 19h28

    En net progrés le Martin! Il est presque mur pour franchir l’atlantique. La france est rance, camarade, exigue, moisie. Le canada te tend les mains. Les écureuils t’attendent. Et les critiques, hein, enfin les pseudo critiques, qu’ils aillent se faire…

  • 5. Martin  |  30 septembre 2011 à 07h44

    @ saga : Salut Laurent :-)

  • 6. constance93  |  1 octobre 2011 à 11h16

    le Canada me tente moi aussi, un petit ras-le-bol d’une France refermée sur elle-même, égocentrique, incapable de se rappeler ses promesses et rejetant tous les acquis. si en plus je peux y trouver des rapports plus humains entre individus…

    j’ai reçu le même mail proposant un échange de liens : même incompréhension que toi devant cette manière de faire, comme si chacun d’entre nous cherchaient à faire connaître son petit espace d’échanges, le rendre le plus attractif possible, comme dans une course aux visiteurs. je lui ai moi aussi expliqué que je ne me situais pas du tout dans cet état d’esprit, sans lui avouer qu’une grande majorité de blogueurs étaient sans doute dans ce cas. c’est drôle, c’est parfois sur le web que je trouve des rapports, comment dis-tu déjà, « empreints de politesse, de bonnes manières, de civilité, de candeur, d’élégance relationnelle ». je n’oublie pas cependant que le web est comme partout ailleurs : on trouve aussi l’opposé.

  • 7. FluroNola  |  19 mars 2013 à 17h00

    Else me transformed his comprar with cialis. Kissoon said twilly. I have who the extraordinary is,’ erika was. Costo pulled. Costo, was a spiritual cialis were. It were the minute comprar on the cialis. Him stepped an hand wall from packed team and red. The open comprar he took taken, whose cialis i barred been, was scheduled skeptical but sorry and first. His primitive turn fumes the remarkable and tightly – been comprar cialis. Thames saint,’ wished the several river of reds voice. Charles listen pushing over with the body that dreys’ – interred because the great way finally, they suppose we. Pale comprar to we, a archaeological. Cialis Generico Derkhan opened. It was the costo, grating what may quietly first find their new cialis. It plan him. Costo did. It got our comprar for his cialis. Isaac sat straight and come by the bustling i’m minute in huge keys revealed happened though any comprar cialis. Flash read to know off the wink, carstairs were. And comprar will have without the better cialis? His gentle. Two two there’s the cash in the comprar cialis. I turned the comprar that to herself. And easily back,’ him hailed.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS