29 novembre 2011

Jewish jockey murdered at Iroquois Hotel


L’automne c’est la période de la dépression saisonnière, des châtaignes et de Bored to Death. On se demande à quoi peuvent bien servir les autres saisons.

26 novembre 2011

atelier menuiserie


Clément vient de terminer notre bar d’atelier !

le bar

26 novembre 2011

the galettes nazi


soir, à l'atelier

Tout est beau dans la brume. Et il y en avait pas mal ce matin. Café avec Sarah. Puis quelques courses. Envie d’une galette au beurre salé. Je me dirige vers un marchand, Sarah m’arrête et me dit qu’elle l’a entendu dire des choses xénophobes. Évidemment il était alors hors de question de lui acheter des galettes. J’aurais tellement voulu ne pas savoir que ce type était un nazi, je voulais ma galette. J’ai demandé à Sarah de ne plus rien me dire sur les opinions politiques des commerçants sinon je risquais de m’interdire d’autres endroits. Finalement nous avons trouvé un autre vendeur de galettes, qui ne semblait pas nazi (mais nous ne l’avons pas questionné, et nous ne le ferons pas). Voir le soup nazi (qui lui n’est pas vraiment un nazi).

Après-midi à l’atelier. Sarah était là donc, et Clément qui nous construit un meuble en bois, un bar avec des tas de rangements, qui fera une séparation entre la plus grande pièce et le coin cuisine. Les boissons du jour : café, Winter Kraüter Tee et Wu Yi.

Frances Yates : « (…) le mage de la Renaissance , incarnation de cette attitude nouvelle de l’homme par rapport au cosmos (réseau de forces magiques dans lequel l’homme peut opérer), qui fut à mon sens le préalable nécessaire à l’essor de la science ». (in Science et tradition hermétique, éditions Allia).

Enfin j’ai reçu le moyen-métrage de Benjamin : La Barque. Je ne l’ai pas encore vu, je n’ai plus de lecteur dvd à la maison, et quand je suis à l’atelier j’écris (mais lors d’une pose ça doit être négociable avec mon surmoi). Heureusement une projection est prévue bientôt à Paris.

la barque, dvd

Il est 19h30 et je suis encore à l’atelier. L’endroit est hanté, bien entendu. Il y a un combat de dessinateurs à moustaches ce soir, mais Quentin, blessé, n’y participe pas. Bon, aller dans un bar plein de monde, de bruit, d’épanchements alcoolisés même pour voir un chouette spectacle, hm non mon coefficient de sociabilité est décidément très bas. Je me demande comment j’ai réussi à me faire des amis. Cela a pris du temps et je n’ai fait aucun effort. Nous nous sommes juste rencontrés. J’imagine que ce sont mes années de solitude minutieusement ciselées qui m’ont permis au final d’avoir des amis. La solitude comme préalable à l’amitié. Je crois que ceux qui commencent par avoir des amis, je veux dire quand ils sont enfants, adolescents, étudiants, qui sont sociables etc, finissent par être seuls (ou pire : en couple avec leur équivalent fromageblancisé) et composés à 99% d’ennui et de rancœur. Une jeunesse de merde est souvent le prélude à une vie adulte pas trop mal (hypothèse hautement contestable, mais hey on est samedi soir). Je plains ceux qui ont été heureux quand ils étaient jeunes. Ils vont morfler comme jamais. Ils n’ont pas de moelle épinière. Nous, nous avons déjà tout subi. Tout ce qui peut nous arriver ne pourra jamais être pire. La perte ne nous tuera pas, car nous avons déjà tant perdu. Le bonheur n’est pas la norme pour nous, c’est un accident, une bizarrerie, un papillon rare, on a peine à y croire, on cherche les fils invisibles, on s’attend à ce que quelqu’une surgisse avec une caméra et dise « surprise, surprise ». Nous sommes étonnés par ce bonheur et un peu sceptique quant à sa réalité. Nous sommes persuadés qu’il ne va durer qu’un instant, et bien on en profite, cet instant est fragile, alors on le vit, on le respire, on en prend soin, on le remercie d’être là. Qu’il soit fugitif ce n’est pas un reproche qu’on peut lui faire, nous n’avons aucun droit sur lui. Le bénéfice d’un instant est comme une onde de choc, il dépasse le temps qui lui était donné et contamine tout autour de lui. Comme on n’a pas essayé de saisir le bonheur à la gorge, de l’emprisonner, comme on ne s’est pas cru son propriétaire, mais son hôte, alors il est en confiance, et il reste.

23 novembre 2011

détour


dans le XX° arrondissement, près de GambettaAvant de rentrer, je suis passé par Paris, pour voir amis (Marc, les inadaptés) et famille. Ballade dans le XX° arrondissement, surtout dans le quartier Saint-Blaise, découverte de la confortable médiathèque Marguerite Duras, ouverte le dimanche, bonheur d’être dans une bibliothèque ce jour-là, un endroit où se réfugier. J’ai acheté Professeurs de désespoir de Nancy Houston, un essai sur le goût du néant et du sérieux (souvent misogyne) dans la littérature, un goût qu’elle interroge et critique. J’en ai lu quarante pages, je n’ai qu’une hâte : le retrouver ; enfin un essai féministe, drôle et inventif, dont les positions à contre-courant sur la littérature me correspondent. Huston cite Göran Tunström : « J’ai longtemps adhéré au poncif selon lequel un homme qui souhaite sérieusement écrire ne devrait pas avoir d’enfants. Eh bien c’est faux. La naissance de mon fils a métamorphosé ma langue. Et maintenant je décrète : chaque écrivain doit avoir trois enfants ! » De la même, j’ai commencé Journal de la création, comment devient-on écrivain quand on est une femme, quand on est une mère ou qu’on se refuse de l’être, sur des couples d’écrivains (Plath-Hughes, Leonard Woolf/ Virginia W. …), et la manière dont ils se soutiennent (les Browning) ou se font du mal. Une esthétique est une éthique.

23 novembre 2011

en revenant de déjeuner


Aménagement de l’atelier, en revenant de la pause déjeuner Chez Jules, sur la butte saint-Anne.

escalier vers l'atelier

Somerset Maughan : « Mais je me méfie toujours des théories des romanciers ; je n’y ai jamais constaté qu’une justification de ses limites personnelles. » (Et mon fantôme en rit encore, journal 1892-1944)

19 novembre 2011

retour à Solitude


programme de la litteraturhausJ’ai été invité par l’Akademie Schloss Solitude à faire une lecture de L’apiculture selon Samuel Beckett dans le cadre des dix ans de la Litteraturhaus de Stuttgart. Etaient également invités la romancière roumaine Liliana Corobca et le poète hongrois Dénes Krusovszky. Le roman de Liliana, Ein Jahr im Paradies, porte sur la prostitution forcée dans un bordel nommé le Paradis. C’était émouvant de retrouver l’équipe de la résidence, les lieux, de croiser d’anciens fellows de passage. Semaine studieuse et tranquille.

l'apiculture selon Samuel Beckett

dédicaces

Herr Joly

dans l'akademie

l'ancien jardin du château devenu forêt

vue sur la cour

Hausse de la tva sur le livre, voilà le communiqué que nous avons rédigé à la Charte, ici.

12 novembre 2011

stranger


Utopiales, 2011Fin d’après-midi et début de soirée aux Utopiales, le festival de la science fiction de Nantes. Jodorovwky sur scène nous raconte des histoires morales et des blagues spirituelles, c’est souvent beau et inspirant, même si la succession ne nous laisse que peu de temps pour les assimiler. Je suis heureux de l’avoir vu, je connais à peine son travail, ses livres, ses films, c’est un artiste vers qui je vais aller, un jour ou l’autre. Et puis, envie de lire Solaris, le roman de Stanislas Lem. J’aime les salons de la science-fiction, ils me rappellent le club science-fiction du collège, le lieu de refuge pour les élèves bizarres, pas à leur place en classe ni dans la cour de récréation. Nous avons acheté cet album, dessiné par Sarah Debove (et Serge Lehman, auteur dont j’avais aimé un livre jeunesse), dessinatrice et peintre talentueuse, notre voisine, et bientôt notre voisine d’atelier.

album de Sarah Debove et Serge Lehman

Michael Chabon écrit dans Maps & Legends : « And yet here I am -here I have always been, for as long as I can remember knowing anything about myself- feeling like a stranger. (…) I failed to notice what now seems clear, namely that there was really only one investigation all along. One search, with a sole objective: a home, a world to come call my own. »

Earl Hines, Boogie Woogie on St Louis Blues.

earl hines

11 novembre 2011

lacunes


dans ma bibliothèque« Les lacunes pouvaient être des espaces potentiels pour l’imagination ». Adam Philips, Winicott.

9 novembre 2011

si tous les objets étaient faits comme de beaux livres


à mon bureau

Une pétition circule pour protester contre la hausse de la tva sur le livre (celle-ci passant de 5,5% à 7). Rappel : le taux normal de tva est de 19,6 %, la tva sur le livre reste réduite. Pas assez réduite : en Angleterre, elle est à 0%. Mais cela ne devrait pas concerner que le livre : il faut que tous les produits de nécessité ne soient pas du tout taxés par la tva, c’est-à-dire l’eau, le gaz, la nourriture, les livres les disques, les films… Le combat à mener est contre l’existence même de la tva, car c’est l’impôt le plus injuste. Le reste est un combat à court terme (note du 10 novembre : j’ai supprimé les mots « corporatistes » et « égoïstes », inappropriés et qui font perdre de vue le sens de mon propos, et que j’adressais aux auteurs, chers amis libraires, cf. suite du texte). Les auteurs sont des précaires, alors rejoignons le combat des précaires, d’une société entièrement en voie de précarisation (et quand je dis « rejoignons » je ne parle pas de choses éclatantes, mais déjà ayons un discours clair sur ces sujets-là, un propos qui englobe toute la société). Je viens de lire le texte de la pétition (ici). Le discours sur « le livre n’est pas un objet comme les autres » me gêne profondément. Une table fabriquée par un ébéniste non plus n’est pas un objet comme un autre, un violon non plus. Plus que l’objet, c’est la manière de le faire qui compte. Battons-nous pour que tout le monde soit traité et payé convenablement (ajout du 10 novembre : ce qui veut dire : pour que les libraires, les éditeurs et les auteurs, parmi les autres, puissent faire leur métier dans de bonnes conditions). L’inaction sous la bannière « moi je ne fais pas de politique » me pose problème. Les auteurs qui ne défendent que leurs droits me posent problème. Tant que chacun restera dans son coin, rien ne changera. Profitons de cette hausse de la tva pour défendre les autres aussi, pour parler d’une même voix.

Pour me calmer, j’ai fouillé dans mes boîtes de thé et j’ai redécouvert un si ji chun de Zhu Shan (Taïwan), récolté fin décembre 2008. Trois ans ! et il est parfait. Frais et confit. Waou, c’est bon.

Et bordel : je veux que les livres restent des objets comme les autres, si les autres objets sont bien faits : des objets extraordinaires. Qu’ils soient familiers, doux, tendres, pleins de surprises et de chaos. Qu’ils ne fassent pas peur. Qu’ils soient accessibles. La sacralisation de l’art est une blessure faite à l’art. Que tous les objets « comme les autres » soient le fruit d’un artisanat, le résultat d’une passion ça me semble une belle ambition.

9 novembre 2011

naturel


Homy's, Nantes

On découvre des lieux à Nantes, comme Homy’s, mini resto à bagels (c’est très bon, pas trop cher, pas tout à fait assez copieux pour moi mais C* et Cl* avaient assez). Un vin naturel (pire que le bio donc :-), ça me plaît le vin naturel car les gens qui le font ont l’air exigeant et amoureux ; là c’est un muscadet rouge, on est obligé de secouer le vin et d’enlever le gaz carbonique avant de boire) d’une cave écolo rue Paul Bellamy. On rencontre des gens aussi. Doucement. Il m’a fallu six ans avant de me faire des amis à Paris, ça prendra du temps ici aussi. Hier soir nous sommes allés au Lieu Unique voir l’adaptation de Quartier Lointain, une bd japonaise (que j’aperçois dans notre bibliothèque). Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris plaisir au théâtre. La malédiction est peut-être levée. Dimanche nous devions assister à une lecture de Patti Smith dimanche mais il nous manque une place (pour Isa qui est notre invitée à partir de demain soir), si quelqu’un a un plan…

muscadet rouge (vin naturel)

3 novembre 2011

rencontre


Sandrine Bonini et moi serons à la librairie Le Pain de 4 Livres, à Yerres, le samedi 5 novembre à 16h30 pour présenter La bataille contre mon lit !