15 août 2013

Si vous êtes comme moi et que vous avez du mal à vous passionner pour les séries policières dans des petites villes froides, les aventures heroicofantasiennes, les comédies attendues, les histoires de rédemption et de voisinage, alors il vous reste à voir The booth at the end. Cela faisait des années qu’une série n’avait pas retenu mon attention à ce point (excepté The Newsroom). C’est minimale, brillant, profond. Réjouissant d’intelligence, et original. La première saison est visible ici gratuitement et légalement (oui, oui). Un choc comme je n’en avais pas connu depuis la première saison de In treatment. La créateur de la série s’appelle Christopher Kubasik. Cette série va figurer au rang des classiques au même titre que The Prisoner.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils rss