16 février 2014

marionfayolle

En passant à la librairie du Lieu Unique après une conférence sur Thoreau par Angélique Thébert, nous sommes tombés sur La tendresse des pierres de Marion Fayolle. J’avais offert L’homme en pièces à C*, et j’avais lu Le tableau. J’ai ouvert La tendresse, j’ai commencé à lire, il a été difficile d’arrêter. C’est un très beau livre, inventif et sensible, sur un sujet qui me touche (la question d’un livre sur la mort de mon père n’est pas réglée). Le livre qu’on voudrait offrir à tout le monde. J’achète peu de bd ou de livres illustrés, souvent le texte et l’histoire ne sont pas à la hauteur du dessin, c’est très frustrant. Voici un livre où texte et dessin sont passionnants, une œuvre autobiographique portée par l’imagination, complexe et émouvante.

J’ai acheté aussi ce court livre du chorégraphe Bill T. Jones. J’avais vu un de ses spectacles il y a des années, ça m’avait marqué.

  • 1. Benoit  |  17 février 2014 à 15h17

    Salut,

    Je crois que le beau titre de Marion Fayolle est un clin d’oeil à un écrivain que j’aime beaucoup. Dans quelques-uns de ses livres, Romain Gary utilise cette image poétique, notamment dans « Adieu Gary Cooper », dans lequel une jeune femme qui espère remporter le prix Nobel « d’aspiration à quelque chose », tente d’écrire un roman qui porte ce titre. Gary l’utilisa également pour le deuxième livre d’Ajar, et le fit changer in extremis pour « La vie devant soi ».
    On y jettera très certainement un oeil…

  • 2. Martin  |  18 février 2014 à 10h50

    Benoit,
    Merci pour l’info. J’aime beaucoup Gary, il y a des trésors encore pas assez connus comme Lady L et La nuit sera calme.

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils rss