28 juin 2017

Parler des animaux à Angers


Vendredi je vais parler de Les animaux ne sont pas comestibles à Angers, merci à Lea49 pour l’invitation.

« Vendredi 30 juin à 18h30 au Centre Jean Vilar à Angers, deux auteurs nous font l’honneur de participer à une rencontre autour du thème de l’éthique vegan.

Venez rencontrer Hélène Defossez, auteur entre autres de « le végétarisme comme réponse à la violence du monde » et « enceinte et végétarienne » et Martin Page  auteur entre autres de l’essai « les animaux ne sont pas comestibles ».

Cette soirée est organisée par LEA 49 et L214 avec l’aimable partenariat de la Librairie Contact.

Lors de cette soirée retrouvez des tables d’information LEA 49 et L214, une vente de pâtisseries végétales et un coin librairie.

L’entrée est gratuite, mais l’inscription est obligatoire compte-tenu du nombre de places limitées ! »

28 juin 2017

Jardin


Le jardin se transforme, nous l’avons transformé. Beaucoup de fraises ces dernières semaines. Premières poires, petites, un peu farineuses, mais miamesques. Et apparition des premières courgettes. La vie au jardin me va bien.

IMG_8788

28 juin 2017

Petit tournage à la maison


Tournage devant notre frigo ouvert par Citizen V (Amélie et Lucille Escourou) pour une série de vidéos sur le frigo des véganes.IMG_8717

28 juin 2017

Les artistes auteurs ont peu d’alliés


Je viens d’apprendre que je ne toucherai aucuns droits sur les représentations théâtrales de La bataille contre mon lit. Je suis adhérent à la SACD, mais ça n’a servi à rien ici. Celle-ci a reversé mes droits à la SCELF, qui a reversé à la maison d’édition, qui n’a plus payé les droits aux auteurs depuis des années et qui est aujourd’hui en faillite. Toutes les tentatives juridiques pour nous faire payer ont échouées. Décidément, les auteurs, artistes, ont peu d’alliés. L’argent transite d’une société de perception de droits à une autre, puis à une maison d’édition, les acteurs sont payés, metteur en scène aussi, et rien pour l’auteur. Aucun recours. Tout continue comme avant. C’est fatigant, cette solitude, ces combats, ces coups. Ce pays qui aime tellement dire qu’il aime les arts, mais blesse et combat les créateurs.

28 juin 2017

Deux fois les urgences


Ce dernier mois, deux fois ambulance, deux fois les urgences du CHU d’Angers. La première fois pour une amie qui n’allait pas bien, la seconde fois pour : colique néphrétique, pas le chose la plus agréable au monde, et puis ils ne filent pas de la morphine rapidement dans ce pays (depuis j’ai pissé le caillou de 3,8mm).

Photo0284