22 novembre 2017

Ma conférence à Montréal


martinpagemontreal

22 novembre 2017

Deux rencontres à Paris


Je serai ce jeudi 23 novembre, avec Dalibor Frioux, Alexis Jenni et François Garde à la libraire Le Gai Rossignol, 9, rue Saint Martin Paris 4, pour parler du livre collectif (édité par Dalibor Frioux), L’éloge du sommeil (éditions du Seuil).

Je serai ce vendredi 24 novembre à la Médiathèque Anne Fontaine, 20 rue Maurice Labrousse, 92 Antony, pour débattre avec (contre) Jocelyne Porcher : « Végane, Carnivore, quelle alimentation pour demain ?

N’hésitez pas à venir :-)

14 novembre 2017

Montréal, je t’aime


Notre semaine montréalaise se termine. Belles rencontres, avec l’équipe de la librairie Gallimard, boulevard Saint-Laurent, avec les géniales collégiennes (et c’est fou comme les ados sont à l’aise ici pour exprimer leurs sentiments contrairement aux ados des établissements scolaires français, on aurait à apprendre de l’éducation canadienne/québécoise, de toute cette société plus ouverte, où les femmes sont plus affirmées, plus présentes, et d’ailleurs bravo à Valérie Plante), avec l’excellent auteur Patrick Isabelle (dont nous vous conseillons Eux, Nous, et Lui, chez Leméac). Merci à l’ami Filip, bises à Martin Gibert pour l’accueil et le sens de la fiesta (et pour le supermarché sans nom sur Saint-Laurent avec ces stocks énormes de Tofurky), à Valéry Giroux et bien sûr Élise Desaulniers(le Darling est maintenant un de nos repaires), bonheur aussi de découvrir le merveilleux Café Tuyo, notre cocon végane, et bien sûr Aux Vivres et tant d’autres endroits, Herbivores Marché Végétalien et Esquina, bar à café, La Panthère Verte. Montréal est la grande ville végane friendly. Les Français auraient tellement à en apprendre. On s’est senti chez nous, accueillis, on avait le sentiment que les véganes font simplement partie du paysage, ici. On aurait bien aimé rester, mais on reviendra un jour avec notre fils cette fois. Le seul truc qui ne nous a pas convaincu dans cette ville, c’est la poutine (végane) :-).
Et surtout merci à l’incroyable équipe du Festival végane de Montréal 2017. Dévoué.e.s bénévoles, efficaces, chaleureux, vous avez été géniaux, bravo à Oti Lexa et à Phrédéric C. Boudreau et leur.e.s comparses, à Maude Lefebvre, Patricia Martin, et à tant d’autres. Passionnantes conférences d’Ophélie Véron, de Will Kymlicka, de Syl Ko (dont je vais bientôt lire le « Aphro-Ism: Essays on Pop Culture, Feminism, and Black Veganism from Two Sisters »), de Brigitte Gothiere qui rappelait la diversité et la richesse des actions de L214 Ethique et Animaux, de Valéry Giroux et de tant d’autres, comme l’équipe de Véganes magazine. On n’était pas toutes et tous d’accord, et c’est une bonne chose, ces débats, ces disputes au sein du mouvement (on a pu voir que la mousse au chocolat est vrai problème pour certains, par exemple). Merci à la librairie Librairie Zone Libre et à JF Tanguay, libraire politique extraordinaire (qui reçoit Ophélie Véron ce soir). Et bien sûr la nourriture sur le festival était divine, comme les gâteaux de Sophie Sucrée, les viandes végétales de GUSTA. Tout est passé trop vite, forcément, vous nous manquez déjà, mais on repart avec beaucoup d’énergie pour continuer le combat (=^_^=).
FestivalVeganeMontreal2

14 novembre 2017

Je fais du pain


Ces temps-ci, je ne sais pas pourquoi, souci d’économies sans doute, passion DIY, autonomie, je me suis mis à faire du pain. Sans machine. C’est très simple, et j’aime ce contact avec la pâte, ça gonfle, ça vit, magie. Vraiment c’est magique d’être dans ce monde, et de le faire grandir et gonfler et vivre sous nos mains.

T80 et Sarrasin

14 novembre 2017

Québec retour


québec

Beaux et importants souvenirs du Québec, ces deux livres, sur féminisme et écofeminisme (comment en finir avec la domination humaine sur les animaux et la domination masculine sur tout, toutes et tous, et sortir pas à pas du capitalisme). C’est dommage que ces deux maisons, Héliotrope et Éditions du remue-ménage, ne soient pas diffusées en France, on a besoin de ces textes et de ces autrices (dont Élise Desaulniers : “les hommes véganes sont des trouble-fête”, qui nous dit et nous rappelle que refuser la viande c’est s’opposer au patriarcat et à l’heteronormativité).
“Faire partie du monde” devrait passionner les écologistes (pour moi découverte de nombreuses autrices et auteurs grâce à ce livre, découvertes de nouvelles idées économiques, environnementales, anticolonialistes). “Le monde est à toi” de Martine Delvaux, nécessaire aussi, et cette phrase “Il faut aimer les mères pour leur permettre d’aimer leurs enfants”.