4 décembre 2018

Flora et Max

Les nouvelles vies de Flora et Max sort aujourd’hui à l’école des loisirs !
🎊🎈🎉
C’est la suite du trépidant et claustrophobique La folle rencontre de Flora et Max.
Ce nouveau livre est aussi écrit avec ma partner in crime Coline Pierré, roman à deux voix avec comme ingrédients : l’amitié mais peut-être plus, un oiseau en voie de disparition, le roller derby, toutes les angoisses du monde, un Max en CAP, une Flora à la fac, beaucoup de vieux et de vieilles très combattifs.ves., de la cuisine, une lutte contre le grand commerce, des lunettes fondues, et pas mal de folies…

1 décembre 2018

Ce samedi, je serai au Salon du livre jeunesse de Montreuil de 17 à 19h sur le stand de L’école des loisirs pour Les nouvelles vies de Flora et Max =^_^=, et Coline sera là aussi :-)

17 novembre 2018

Mon ami Laurent Sagalovitsch est la cible d’un site d’extrême-droite (intitulé Democratie participative) suite à un texte qu’il a écrit (pour le magazine en ligne Slate) contre le mouvement des gilets jaunes (sur le sujet nous sommes en désaccord). Voici le titre de l’article sur le site d’extrême-droite « L’immonde empoisonneur de puits youtre Laurent Sagalovitsch vomit sa haine des Français avec le lancement du mouvement des Gilets Jaunes », suit un article antisémite.
Dans ces cas-là, on doit faire un signalement (site ci-dessous). Et toujours garder à l’esprit que l’antisémitisme est bien présent (et oui à gauche aussi, comme on a pu le voir au Royaume-Uni avec les différentes affaires touchant le parti travailliste).
Ça me rappelle aussi que ces dernières années, des éditeurs se sont lancés dans la republication de textes antisémites et d’écrivains antisémites (Robert Laffont pour Mes combats politiques de Maurras, et Rebatet), Gallimard pour les écrits antisémites de Céline. À l’heure où Macron fait mine de rendre hommage à Pétain, ou un de ses proches cite Maurras, ne pas oublier que la France n’en a pas fini avec l’antisémitisme. Souvenir personnel : quand je sortais avec une fille de la bourgeoisie parisienne il y a très longtemps (elle est maintenant ma meilleure amie), j’avais été choqué de voir que ses ami.e.s (élèves de prestigieuses prépas du centre de Paris) avaient tous des livres de Drieu la Rochelle, Céline, parfois Rebatet, dans leurs bibliothèques, mais aucun.e ne connaissaient Marek Edelman.
Ne jamais rien laisser passer et toujours être aux côtés des personnes qui sont victimes d’attaques antisémites. Ne rien laisser passer. Je suis là, Laurent.
Ça (l’antisémitisme et la complaisance française à l’égard de l’antisémitisme) me met dans une grande colère.
(le site facho est toujours en ligne)

13 novembre 2018

stephenkingmartinpage

Comme le dit un pote de mon frère sur twitter (David Speransky) : « La boucle est bouclée. ça veut dire qu’il y a eu fidélité envers les idéaux d’antan. »

Il y a presque dix ans je commençais à écrire La nuit a dévoré le monde. Parce que ça faisait dix ans que je publiais des romans et que je ne voulais pas tomber dans l’habitude, trop me ressembler, je voulais renouer avec ce qui, adolescent, m’avait donné envie d’écrire, je voulais renouer avec les émotions incroyables de lecture de mes 15 ans, quand des livres étaient importants, vitaux, ils prenaient de la place dans mon esprit, ils m’aidaient, ils me sauvaient alors que j’étais un membre du club des ratés. C’était magique. Et Stephen King, avec Ça en particulier, était un des auteurs importants pour moi, vraiment important, c’était un pote, un ami, un semblable, et ses livres étaient comme des lumières dans la nuit de ma jeunesse. Alors qu’aujourd’hui, Stephen King apparaisse et salue le film adapté du roman que j’ai écrit en fidélité à l’ado que j’étais et aux livres que j’aimais, c’est juste renversant, c’est une putain d’émotion comme on en vit rarement. Yep, la boucle est bouclée mes amis. Je suis rentré à la maison.

stephenkingmartinpagerocher

1 novembre 2018

Je n’aurai sans doute pas beaucoup de réponses, et après le coup de « pas de chaussures à la maison » ça va vraiment me donner la réputation du mec qui dit des trucs inappropriés, mais allez je tente.
Les ami.e.s, j’ai écrit un livre intitulé Contre la pénétration (titre de travail, au final ça sera sans doute Au-delà de la pénétration ou À propos de la pénétration), une sorte de court essai. Il devait sortir aux éditions de XXX, mais l’éditeur me laisse tombe, donc il sortira sans doute chez Monstrograph.
C’est donc une sorte de petit essai sur la sexualité (le titre donne un bon indice). J’aimerais ajouter à la suite des témoignages de personnes à propos de la pénétration, et plus précisément, de femmes qui n’aiment pas, ou pas particulièrement, la pénétration (pourquoi ? est-ce que ça pose des problèmes dans vos relations ?), et d’hommes hétérosexuels qui eux aiment être pénétrés par leur compagne (pourquoi ? est-ce que ça pose des problèmes dans vos relations ?). Ou de personnes qui ne peuvent pas pratiquer la pénétration (distance, handicap, maladies, douleurs) mais ont une sexualité. Donc si vous avez un témoignage à apporter (même une phrase ou deux, ça peut être très court), ça m’intéresse. Des témoignages d’hommes homosexuels, de lesbiennes, m’intéressent aussi, en fait sur le sujet tout m’intéresse.
Je sais bien que ces sujets sont délicats pour certain.e.s. Alors j’ai créé une adresse email sécurisée sur protonmail, que je détruirai une fois le livre imprimé. Par ailleurs, le nom des personnes témoignant ne sera jamais dévoilé, j’utiliserai des pseudonymes. Les personnes m’apportant leur témoignage auront droit à un exemplaire du livre et, seulement si elles le veulent, pourront figurer dans les remerciements.
J’ai déjà quelques témoignages, mais une certaine diversité serait chouette.
Écrivez-moi à livremartinpage@protonmail.com ou sur mon email aloha@martin-page.fr.
Vous pourrez aussi m’écrire d’une adresse email anonyme. Merci !
Comme ce genre de post peut susciter les réactions des trolls, je précise que l’objet de ce livre n’est pas de dire du mal de la pénétration vaginale, hein, ni même anale. Tous les plaisirs possibles sont justement possibles et c’est très bien comme ça (=^_^=)

31 octobre 2018
Dans la belle-famille des montagnes alsaciennes, le tonton Romain a un tracteur (il est bûcheron, en plus d’être le clavier de Spirit Revolution) et comme Cy est fasciné par les tracteurs, ce matin, promenade en tracteur pour mon fils fasciné et émerveillé (=^_^=)
Cy sur un tracteur

 

31 octobre 2018

neige à Orbey neige à Orbey 3 neige à orbey 2

29 octobre 2018

Cy et moi 3

29 octobre 2018

cy musée du jouet

29 octobre 2018

Cy et moi

22 octobre 2018

Une lectrice qui m’a écrit un très beau message à propos de sa lecture de Les animaux ne sont pas comestibles vient de m’envoyer un portrait qu’elle a fait de moi ! Je suis très touché. Alors elle m’a dessiné plus beau et avec plus de cheveux qu’en réalité, mais tant mieux, il vaut mieux la légende que la réalité (=^_^=)

martinpage par sophie doublevé

13 octobre 2018

artistes ont-ils besoin de manger ?

 

Les ami.e.s,

Coline et moi venons de sortir aux éditions Monstrograph, notre micro-maison associative, un livre collectif sur la création et les conditions de la création.
Trente-et-un artistes (écrivain.e.s, dessinateur.trice.s, peintres, plasticien.ne.s, musicien.ne.s, dramaturges, traducteur.trice.s, créatrices culinaires, réalisateur.trice.s…) prennent la parole pour évoquer leurs conditions (matérielles, financières et intellectuelles) de vie et de création. Ce sont des hommes et des femmes qui vivent les joies et les difficultés d’un quotidien fait de débrouille et d’acharnement.

Par ce livre, nous souhaitons montrer un paysage inédit, sensible, kaléidoscopique, subjectif, non-exhaustif, de la création en France et (un peu) à l’étranger. Les interviewés partagent ainsi leurs réponses franches, impertinentes, en colère, joyeuses, combatives, sensibles, à partir de cette question délibérément provocante : Les artistes ont-ils besoin de manger ?

En somme, parler des choses dont on ne parle habituellement pas et sur lesquelles on ne nous pose pas souvent de questions. 

Ce livre est pour l’instant uniquement disponible sur notre site www.monstrograph.com et à la librairie Récréalivres du Mans. Nous serions ravis que d’autres libraires nous contactent pour vendre le livre chez eux.

Ami.e.s libraires, bibliothécaires, médiateurs.rices, si le livre vous intéresse, et si vous désirez organiser une rencontre avec Coline, moi, certain.e.s contributeurs.rices, vous pouvez nous écrire à monstrograph@gmail.com

Édité par Coline Pierré et Martin Page

Dos carré cousu collé (pour que le livre soit particulièrement solide et durable)

Contributeurs et contributrices

Thomas Vinau
Peggy Vialat
Maëva Tur
Antoine Tharreau
Mathieu Simonet 
Ryoko Sekiguchi
Laurent Sagalovitsch
Cécile Roumiguière
Dominique Rocher
Melle Pigut
Coline Pierré
Eric Pessan
Eddy Pallaro
Martin Page
Justine Niogret 
Marc Molk 
Marie Laforêt 
Julia Kerninon
Neil Jomunsi
Emmanuelle Houdart
Roland Glasser
Loïc Froissart 
Quentin Faucompré 
Amandine Dhée
Fanny Chiarello
Julie Bonnie
Sandrine Bonini 
Francois Bon
Rodrigo Bernardo
Clémentine Beauvais
Audrey Alwett

13 octobre 2018

premier jour école cy

13 octobre 2018

éditeursfatigués

13 octobre 2018

cacahuètemaison

13 octobre 2018

préparationenvoiesmonstrograph

13 octobre 2018

Thierry Illouz

13 octobre 2018

Beckett

13 octobre 2018

 

Envoie des derniers exemplaires des Artistes ont-ils besoin de manger ? aux contributeurs ulule et aux autrices et auteurs.

livres

10 octobre 2018

Mercredi aprem à la maison, quand Cy se décide quand même à faire une sieste, mais surtout pas dans sa chambre et en luttant jusqu’au bout contre le sommeil (=^_^=)
cc Coline Pierré et cc Cacahuète

coline et fils