8 juillet 2018

Hier, comme ma mère gardait Cy, aprem en amoureux avec Coline, donc marcher, bonbons, frites, cinéma et un bon moment à lire et à boire des trucs frais à l’excellent Exit Music For A Drink d’Angers, lieu idéal pour acheter des vinyles (et feuilleter les livres de La Marge) et simplement passer un bon moment en terrasse ou à l’intérieur (=^_^=)

coline angers exit music

4 juillet 2018

Coline :

« C’est tout de même une putain d’hypocrisie de la part des pouvoirs publics : il n’y a pas assez de crèches ! Il n’y a pas assez de crèches parce que les mairies ne veulent pas mettre de l’argent dedans, parce que c’est tellement plus intéressant pour le capitalisme d’encourager les AM et des MAM plutôt que de financer des crèches publiques, parce qu’on en a rien à foutre des enfants et des parents au fond, parce que ça ne rapporte ni argent ni gloire.

Alors forcément on pousse des femmes à devenir assmat qui pèchent par un manque de formation, à ouvrir des mam qui sont des pseudo crèches, parce que bosser seule toute la journée avec 3 ou 4 enfants pendant 12h d’affilé, c’est l’enfer et ça devrait être illégal en fait, ça ne devrait pas exister, ça ne devrait pas être possible. Même pour gagner plein d’argent.
Je me trompe peut-être, mais franchement, j’ai moins peur des dérives d’une MAM où il y a au moins un autocontrôle entre les assmat, que des dérives d’une AM qui est toute la journée toute seule chez elle avec 4 enfants, sans regard extérieur, sans pause repas ou pipi, sans possibilité d’aller faire un tour et prendre l’air si elle en a ras le bol et qu’elle pète les plombs.

Je serais pour la construction de milliers de crèches, des crèches de soirée et de nuit, de crèches de week-end, avec la souplesse d’une AM et la disparition des mam et des AM, mais malheureusement, on va plutôt vers l’opposé de ça :-)Alors la MAM pseudo crèche semblait plutôt être un moindre mal. »

3 juillet 2018

Ce qui est navrant dans les mots du patron c’est qu’il semble ne pas savoir ce que c’est que d’écrire un livre, qu’il ne connait pas l’histoire littéraire (et le grand nombre d’auteurs qui avaient besoin de leurs jours pour écrire, on peut en citer mille), mais c’est aussi en prenant l’exemple de Kafka prendre l’exemple d’un écrivain célibataire et sans enfants, donc effectivement c’est plus simple, un peu plus, mais si tu es écrivain et père ou mère et que tu te lèves la nuit, et que tu es constamment épuisé parce que la société n’aide pas vraiment les parents, que tu as mille choses à penser et à gérer, alors non tu n’écris pas la nuit comme Kafka sinon tu es mort. Dans ses mots, il y a ce fantasme qui arrange bien le patriarchat et le capitalisme, ce fantasme agiste et classiste : un écrivain c’est un mec qui n’a pas d’enfants (ou alors il a de l’argent et des bonnes, ou alors c’est un macho et c’est sa meuf qui fait tout). Désespérant. Et comme le faisait remarquer quelqu’un sur facebook, Tolkien a pu écrire ses livres car c’était un professeur négligent de ses étudiants et de son travail et que sa femme faisait tout à la maison. Punaise, mais soyons de gauche !

3 juillet 2018

Hier sur France Culture, le patron du Seuil disait que les auteurs de sa maison d’édition ont entre 10 et 12% de droits d’auteur, que certes les auteurs bd avaient besoin de temps pour créer mais moins les auteurs de roman d’ailleurs Kafka travaillait dans les assurances (note : ce boulot épuisait Kafka, il le détestait, il aurait aimé du temps justement et du repos mais on dirait qu’il n’est pas prêt d’être entendu -soyons clairs : dire que les écrivains et artistes devraient avoir un boulot en plus c’est une manière de ne pas penser la question du paiement du travail artistique et de la redistribution des richesses), qu’il y a un mauvais capitalisme (celui des GAFA) et donc un bon ? que concernant les revendications sociales des auteurs euh rien, que l’industrie du disque méritait quand même le piratage, que « Il est temps que la gauche -les forces de progrès comme on disait autrefois- passe à la contre-attaque » mais peut-être pas quand même en ce qui concerne la situation des auteurs et des précaires, disons être de gauche sur les sujets qu’on veut et pas les autres. Il avait l’air sympa ce patron, mais un peu perdu, un peu pris au piège par une journaliste qui posait de vraies et intelligentes questions, on le sentait pas à sa place comme s’il aurait préféré être à nouveau auteur par exemple plutôt que travailler dans les assurances, pas libre de parler en somme parce que lui-même a des patrons.

2 juillet 2018

Un essai iconoclaste, renversant, politique et excitant, disponible chez Monstrograph !

elogesdesfinsheureusescolinepierré

2 juillet 2018

Normalement mon petit essai/manifeste a trouvé une maison d’édition :-) Je fais les dernières corrections (merci Coline) ces jours-ci. Des nouvelles bientôt.

contre la pénétration

2 juillet 2018

cuisineveganecoline

4 juin 2018

colinepierre

4 juin 2018

Sortie en poche, édition légèrement corrigée, quelques erreurs, quelques ajouts aussi :-)martin page animaux

14 mai 2018

Photo le 13-05-2018 à 19.57

J’ai profité de mon court séjour en Belgique pour faire une crise de colique néphrétique en gare de Bruxelles Midi. L’endroit est pas mal pour ça, il y a un hall assez long pour le parcourir en suant, en réprimant des cris de douleur et en manquant de s’évanouir.
J’ai pris deux tramadol 50 mg. Au bout d’une demi-heure la crise ne se calmant pas, j’ai signalé que j’étais en train de faire une crise, ce à quoi le guichetier du bureau d’informations a dit « Bah il suffit de faire pipi, non ? » J’ai secoué la vitre et je lui ai demandé d’appeler je ne sais pas les secours, un médecin, quelqu’un de garde. Une pompière est arrivée, elle a appelé une ambulance et j’ai ainsi pu faire un petit séjour non prévu dans un lieu pitoresque : l’hôpital Saint-Pierre. En arrivant à l’hôpital, ça allait beaucoup mieux. Ils m’ont fait une perfusion de doliprane et d’un antiinflammatoire. Et miracle (et là grosse différence avec les médecins français qui gardent leur stock pour leurs fêtes) ils m’ont même proposé de la morphine. J’ai décliné. Ensuite prise se sang, urine, et scanner.
C’est ma deuxième crise. L’année dernière j’ai expulsé un caillou de 4,6 mm. Cette fois, il fait 3 mm. Ce sont des cailloux d’oxalate de calcium dihydraté. Donc je suis sensé boire entre deux et trois litres d’eau par jour, ce que j’avais du mal à faire (mais là je suis vraiment motivé). Et éviter le sel. Et apparemment boire du jus d’agrumes. Je vais me renseigner sérieusement tellement l’expérience est juste atroce.
Comparé à l’hôpital d’Angers c’était plus sympa. Le personnel est plus gentil et disponible, plus drôle aussi (et ils se sont mêmes excusés de l’attente). Comme en France, j’ai été dans une chambre, puis dans un cagibi chambre puis dans un couloir (parce qu’eux aussi manquent de lits).
Ah et un flic est venu me rendre visite parce que comme ma crise avait eu lieu sur la voie publique c’était la procédure de venir me voir. On s’est salué, j’ai levé les mains en l’air, je lui ai demandé d’arrêter mon calcul, il a préféré partir.

12 mai 2018

Je serai à Liège dimanche pour le festival végane (j’y donnerai une petite conférence).

7 mai 2018

La plus belle boîte de céréales (enfin pseudo-céréales) de petit déjeuner du monde : pour du quinoa d’Anjou (=^_^=)quinoacrack

23 avril 2018

 

Avec Coline, nous allons publier un livre collectif sous notre label Monstrograph. Et pour ça nous lançons un financement participatif. Plus d’infos ici : https://fr.ulule.com/livre-creation/

ululepagepierre

23 avril 2018

J’ai enfin dit à mon nouveau médecin (très chouette, bon médecin à l’écoute et marrant) :
« Je suis végane ».
Je mets toujours du temps à en parler. Pourtant ça me semble important de le dire. De se parler. De ne rien cacher : après tout, la relation patient médecin est fondée sur la confiance.
En fait, j’ai dit « Je n’en ai pas parlé avant, parce que souvent les médecins ont des réactions bizarres, donc ça me fait hésiter, ça m’angoisse un peu, mais voilà je suis végane ».
Elle a froncé les sourcils et dit « Ah » et peut-être que si je n’avais pas dit « parce que souvent les réactions des médecins sont bizarres », elle aurait eu une réaction de réprobation.
(comme sur d’autres sujets, l’avortement pour certains, l’obésité, ou encore il y a peu, l’homosexualité, il y a encore des médecins -pas le mien- qui ont des problèmes avec le serment d’Hippocrate -la partie sur le non-jugement- et même -ça semble incroyable- avec l’information scientifique).
Je lui ai expliqué que je me supplémentais bien en B12 et vitamine D et que tout allait bien.
Elle a juste dit « Je trouve toujours préférable d’obtenir la B12 par l’alimentation », ce à quoi j’ai répondu « Le problème c’est que l’alimentation, ce sont des individus qu’on tue. Mais on ne va peut-être pas commencer un débat ? »
Et on est passé à autre chose. Il faut apprendre à parler à nos médecins, à les sensibiliser, parce qu’on ne peut pas dire que leur formation les prépare à penser la question du véganisme ou du végétarisme, et même les meilleurs d’entre eux et elles, les plus bienveillants, peuvent avoir des réactions de jugement ou de peur.

6 avril 2018

6 avril 2018

Quand je vais à Paris, je dors parfois chez mes amis T et M (et leurs deux enfants). Ils ne sont pas véganes, ni végétariens, mais ce sont de vrais amis et des hôtes accueillants, donc toujours ils préparent un dîner végane, quelque chose de simple et délicieux, des pâtes aux légumes, par exemple, un grand taboulé, etc.
La dernière fois, T avait prévu de faire des pâtes au pesto.
Nous sommes dans le bus qui part de Bastille pour aller vers Saint-Marcel. M demande :
– Mais il n’y a pas de fromage dans la sauce au pesto qu’il y a à la maison ?
T : Ah si sans doute. Ecoute, ce n’est pas grave, on va s’arrêter à Monoprix pour acheter du basilic et je ferai un pesto maison.

Supers amis, quand même.
On fait les courses. La soirée avance, T prépare le pesto maison, ça lui prend du temps et de l’application, les enfants mangent (le pesto en pot avec du fromage) je parle avec eux et avec M. Enfants les enfants vont se coucher, nous nous mettons à table…
C’est très bon. Le pesto préparé par T est délicieux.

M a un doute :
– Tu n’as pas mis de fromage dans le pesto ?
– Ah bah merde si.
– Donc tu as fait un pesto non-végane pour remplacer un pesto non-végane ?

La situation est un brin absurde, on en rit. Les réflexes sont puissants. Le réflexe du fromage a été plus fort que les bonnes et belles intentions de mon ami.
M me demande si je veux quand même manger les pâtes ou si on essaye de trouver une autre solution. Ce soir, exceptionnellement, je mangerai végétarien.

23 mars 2018

Mon roman (enfin celui de Pit Agarmen), La nuit a dévoré le monde, vient de ressortir aux éditions Robert Laffont. J’ai relu et légèrement corrigé cette nouvelle édition, et écrit une postface.

couvpitnuit

23 mars 2018

 

Mon nouveau livre jeunesse, La première fois que j’ai (un peu) changé le monde, vient de sortir aux éditions Playbac.
(note : le titre original était La première fois que j’ai été féministe)

couvpremierefoismartinpage 2

15 mars 2018

Contrairement à ce qui est annoncé sur le programme, je ne serai pas au salon du livre de Paris cette année.

13 mars 2018

Le film adapté de mon roman La nuit a dévoré le monde vient de sortir au cinéma par Dominique Rocher, et produit par Haut et Court.

Et c’est un très bon film, assez différent du livre.

Par ailleurs, le livre vient de ressortir en grand format aux éditions Robert Laffont. L’édition est revue et corrigée, j’en ai profité pour peaufiner le texte. J’ai aussi écrit une nouvelle postface.