28 juillet 2010

Mon père était un très bon cuisinier. Il avait ce don de pouvoir inventer des plats à partir de ce qui restait dans le frigo. C’est un peu ce que j’ai réussi hier soir, j’ai inventé un nouveau ragoût tofu et légumes (plus cube bio de poulet, herbes, gingembre…) et c’était délicieux. Le principe d’une casserole dans laquelle on met ce qu’on le veut dedans, ce que l’on trouve, me plaît bien. Cela mijote, on peut faire autre chose pendant ce temps-là, on remue (ou on rajoute de l’eau) quand on sent une légère odeur de brûlé. Et puis cela ressemble à l’écriture : on fait avec ce qu’on a, tout ce qu’on a pu trouver dans le fin fond du frigo, dissimulé en haut d’une étagère, oublié sur l’étagère à légumes. Finalement on a toujours plus que ce que l’on imagine avoir, de nouvelles choses apparaissent par la merveilleuse magie de la recherche. De cette quête et des ingrédients de cette quête on devrait bien arriver à faire quelque chose de délicieux.

Je n’étais pas bien ce matin, l’impression d’un gros rhume qui couvait, mais c’était peut-être simplement de l’hyperesthésie, je ne savais pas. Alisa Margolis m’a appelé, elle voulait m’emprunter des films. Elle est donc passée me voir et nous avons discuté. Je me sentais déjà mieux. Puis elle a parlé de sa théorie du chocolat pour soigner le rhume (cette fille va faire avancer la médecine). Elle est remontée chez elle et est revenue avec un pot de Nutella-like, mais bio avec un nom impossible (Baboda je crois). Posologie variable, on est parti pour une tartine mais nous avons eu l’intuition qu’il fallait continuer le traitement. Très efficace.

Je lis de très bons romans en ce moment (le dernier Lola Lafon par exemple -mais je n’ai pas accroché aux Six jours du Condor de Grady, ni au dernier Lehanne que j’ai essayé d’entamer plusieurs fois) et des essais passionnants, mon lit est ma bibliothèque, des livres traînent partout et il n’y a pas plus beau paysage. Un Noël permanent.

J’ai réussi à dessiner mon personnage féminin, l’héroïne des histoires que je veux raconter en dessin (elle est charmante). Reste à lui trouver un prénom.

  • 1. constance93  |  28 juillet 2010 à 21h53

    j’ai hâte de rencontrer ton héroïne, même si un prénom lui donnerait encore plus de sens ;)

    moi mon lit est mon espace de lecture : les livres traînent autour. tous les matins je dois dessiner dans le noir un chemin entre eux pour ne pas marcher dessus. quand il m’arrive de marcher sur l’un d’eux, je décide que ce sera ma prochaine lecture. le seul problème est de le retrouver une fois la lumière allumée^^

  • 2. Martin  |  31 juillet 2010 à 19h34

    Il faudra encore attendre un peu, je dois améliorer le personnage masculin. Et puis savoir ce que je fais de ces dessins. Je débute, j’ai tout à apprendre !

  • 3. constance93  |  1 août 2010 à 10h34

    bon courage dans ce cas !

  • 4. ADCR  |  2 août 2010 à 20h19

    Je n’ai pas souvenir que notre père était un bon cuisinier, mais il avait effectivement ce don de faire des bons plats avec ce qui restait dans le frigo… :-)

Faire un commentaire


indispensable


indispensable, restera secret


S'abonner aux commentaires via le fils RSS